- Aisling-1198 - http://www.aisling-1198.org -

La marelle à 9 sans dés

ou jeu du Moulin (plus tard)





Schéma de marelle à 9, relevé du Livre des jeux d’Alphonse X, Aisling-1198













Nombre de joueurs : 2

 

Matériel :

 

–         un plateau (mérellier) ;

–         9 méreaux (pions) blancs et 9 noirs.

 

But du jeu :

 

Éliminer les jetons de l’adversaire ou les empêcher de se mouvoir. Le manuscrit ne le précise pas, mais la capture de sept pions suffit à ruiner tout espoir de victoire pour l’adversaire.

 

Règles :

 

Au départ, le plateau est vide.

 

1ère phase : Pose des pions (9 premiers coups)

Chaque joueur pose, à son tour, un de ses pions sur une intersection libre.


2ème phase : déplacement des pions (à partir du 10ème coup)

A son tour, chaque joueur peut déplacer un de ses méreaux d’une intersection en suivant une ligne. S’il réalise une rangée de trois pions suivant une ligne tracée, un moulin, il capture un pion adverse. Ce dernier ne doit pas faire partie lui-même d’un moulin. Il est retiré définitivement du jeu.


Une capture par création d’un alignement est possible dés la phase de pose.


 

Le premier qui n’a plus que deux pions, ou qui à son tour, ne peut déplacer aucun de ses pions, a perdu.


Il n’est rien spécifié au sujet de la fin de partie et des modifications de déplacement lorsqu’il ne reste plus que quatre pions à un joueur.


 

Traces archéologiques :

 

 

 

Traces écrites :

Jeux dans un contexte d’enseignement :




Sitographie : voir notre page [23]




Bibliographie :


 


Fiche réalisée par l’association  Aisling-1198 ;

contact : aisling – neuf.fr

(remplacer le – par @)




Notes :

  1. RYBINA E. A. Chess pieces and game boards, dans Wood Use in Medieval Novgorod, Oxbow Books, Oxford, 2007, pp 357-359; p 357, schéma de celui sur le banc et d’un deuxième avec les chevrons, un autre avec chevron au dos d’un jeu de tâb est sur le CD, n°508 [ [42]]
  2. BOURGEOIS Luc (dir), Une résidence des comtes d’Angoulême autour de l’an mil. Le castrum d’Andone, Fouilles d’André Debord, CRAHM, Caen, 2009, pp 254-255 et 264; BOURGEOIS Luc, Pièces de jeu et milieu aristocratique dans le Centre-Ouest de la France (X-XIIe siècles), Aquitania, t. XVIII, 2001-2002 (2003), p. 373-400; GORET Jean-François, GRANDET Mathieu (dir), Echecs et trictrac. Fabrication et usages des jeux de tables au Moyen Age. Catalogue de l’exposition du 23 juin au 18 novembre 2012 au Château de Mayenne [28], Ed. Errance, Paris, 2012, 160 p, pp. 82-85 [ [43]]
  3. KLUGE-PINSKER A. , Schach und trictrac : Zeugnisse mittelaterliche Spielfreude in salischer Zeit [ [44]]
  4. VINCENT Karine, 2016, Le château de Suscinio à l’épreuve de l’archéologie, dans Vannes au Moyen Âge. Une histoire de 1000 ans, Musée de Vannes, Société Polymathique du Morbihan, Locus Solus, catalogue de l’exposition à Château-Gaillard, Musée d’Histoire et d’Archéologie du 01-06-2016 au 30-09-2016, pp.64-67. [ [45]]
  5. communication personnelle de Brigitte Mérigot des Compagnons d’Aléa [46] que nous remercions. [ [47]]
  6. GORET Jean-François, GRANDET Mathieu (dir), Echecs et trictrac. Fabrication et usages des jeux de tables au Moyen Age, op. cit. photo et notice p. 141 [ [48]]
  7. RYBINA E. A. Chess pieces and game boards, dans Wood Use in Medieval Novgorod, Oxbow Books, Oxford, 2007, pp 357-359, images n° 508 des deux faces, sur le CD inclus [ [49]]
  8. VAN DER STOEP Arie, Draughts in relation to chess and alquerque, Ed Van der Stoep (Netherlands), 2005/2007, pl.42 p 207 [ [50]]
  9. MUSSER GOLLADAY Sonja, Los libros de acedrex dados e tables : historical, artistic and metaphysical dimensions of Alfonso X’s book of games, Thèse de doctorat de l’Université d’Arizona, Département Espagnol et Portuguais, 2007, p617. Mais des trois termes nardshir, iskundrée et pispussin,  nardshir serait le jeu de tables et iskundrée le jeu grec de Polis (Voir SCHÄDLER Ulrich, The Talmud, Firdausî and the Greek game „City“, in: Jean Retschitzki & Rosita Haddad-Zubel (eds.) Step by Step. Proceedings of the 4th Colloquium Board Games in Academia, Fribourg 2002, 91-102) [ [51]]
  10. Schädler 2000, 112 [ [52]]
  11. BOUTIN Michel, Le livre des jeux de pions, Bornemann, 1999, pp. 73-75, moteur de recherche Calames [53] des manuscrits de l’enseignement supérieur et présentation de l’ouvrage sur bckg.pagesperso [54] [ [55]]
  12. La même description se retrouve en 1420, GAY Victor, Glossaire archéologique du Moyen-Age et de la Renaissance, T.2, Paris, Ed. Auguste Picard, 1928, p 126 (voir en ligne [27] [ [56]]
  13. deveable : interdits, défendus; GAY, 1928, T.2, p 126 et http://www.diachronie.be/quatorzieme/1372-deschamps/lays/lay_10.html [57]et Eustache Dechamps, Ed. Queux de St Hilaire, 1880, T.2, p 340 [ [58]]
  14. MURRAY 1951, 44 [ [59]]
  15. GAY 1928, T.2, p 126 et MURRAY 1951, 44 [ [60]]
  16. Collectif, Vivre au Moyen Age, Archéologie du quotidien en Normandie, XIIIe-XVe siècles, Editions 5 continents, Milan, 2002; catalogue de l’exposition de 2002 au Musée de Normandie, Caen. p 224 et 293 [ [61]]
  17. HALL Mark A., Des jeux gravés dans la pierre. Graffiti des cathédrales, monastères et églises paroissiales en Grande Bretagne (The Permanence of Stone), Revue Histoire et images médiévales, Thématique n°28 [30], Fév-avril 2012, pp. 30-33 [ [62]]
[63] [64]