- Aisling-1198 - http://www.aisling-1198.org -

La marelle de 3


Voir le folio 93v du livre des Jeux d’Alphonse X [1].


ou « petite marelle » ou « marelle simple »

au XIIe s : « merelle » ou « tremerel »1 [2]

(anglais : three men’s morris; espagnol : alquerque de tres)













Nombre de joueurs : 2

 

 

Matériel :

 

–         un plateau ;

–         3 méreaux (pions) blancs et 3 noirs.

 

But du jeu :

 

Aligner 3 de ses pions sur un des tracés.

 

Règles :

 

Au départ, le plateau est vide.

 

1ère phase : Pose des pions (3 premiers coups)

Chaque joueur pose, à son tour, un de ses pions sur une intersection libre.

 

Plateau de marelle de 3, à télécharger

2ème phase : déplacement des pions (à partir du 4ème coup)

A son tour, chaque joueur peut déplacer un de ses méreaux d’une intersection en suivant une ligne.

 

Le premier qui aligne ses trois pions a gagné.



 

 

 

 


Traces archéologiques de jeux :

Marelle à 3, Château Guillaume-le-Conquérant de Falaise

Marelle à 9 avec carré central, une autre marelle de 3 avec triangles est visible à droite dont nous reparlerons, Château Guillaume-le-Conquérant de Falaise

Essai de situation de ces traces :

Autres traces archéologiques : symboliques…

 

 

 

 

 

Traces littéraires :

Tout d’abord, tremerel signifie autant les trois méreaux que les trois dés (Mehl 1990:97)

Viens tu juer au tremerel
A mort, ki ne mestrait merel?

Gens d’aventure,
Volentiers alez au bordel
Et ou l’en jue au tremerel
Et gaaigniez moult à envis
Pour ce estes vous trop chétis

 

« […] et quant il fu d’entendement, si apprit a jouer au hazart ne autre jeu ne lui plaisoit que le jeu des dez et de tremerel ; ce estoit toute sa joie et son déduit, n’a d’autre chose il n’entendait ne jour ne nuit ; et souvent en laissoit le boire et le manger pour jouer aux dez »




Etudes :



Voir nos liens concernant les jeux de mérelles [23]



Notre bibliographie sur les marelles [24]




Fiche réalisée par l’association  Aisling-1198 ;

contact : aisling – neuf.fr

(remplacer le – par @)




Notes :

  1. mais tremerel signifie autant les trois méreaux que les trois dés (Mehl 1990:97) [ [25]]
  2. (GUIGON 1994:8-12) [ [26]]
  3. comme pour les plateaux de jeux viking de Ballinderry et Waterford [ [27]]
  4. Article de Jesús Manuel García, La Voz de Galicia, 05/05/2009 [28], Proponen catalogar los juegos de tablero medievales de Galicia [ [29]]
  5. Article de Jesús Manuel García, La Voz de Galicia, 05/05/2009 [28], Proponen catalogar los juegos de tablero medievales de Galicia [ [30]]
  6. Source :http://pub-games.blogspot.fr/2013_03_01_archive.html et https://www.flickr.com/photos/75976021@N00/8017351269/ consultées le 01/04/2017 [ [31]]
  7. On le retrouve avec la datation erronée de Parker dans (MURRAY 1952:19;37-48) [ [32]]
  8. Ch. WAGNEUR du GERSAR (Groupe d’Etudes, de Recherches et de Sauvegarde de l’Art Rupestre, créé en 1975 pour recenser les abris ornés de Fontainebleau) cité par GUIGON Philippe (C.N.R.S. de Rennes), La marelle de Locronan, Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXXI, 1994, p. 13 [ [33]]
  9. ibid p.13 [ [34]]
  10. Ch. WAGNEUR du GERSAR cité par GUIGON Philippe, La marelle de Locronan, Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXXI, 1994, p. 13 [ [35]]
  11. D. DUBANT, L’église de Neuvy-Pailloux (Indre), dans Revue Archéologique du Centre de la France, 1991, t.30, p. 133 [36] [ [37]]
  12. RAMOND Serge, Un patrimoine culturel oublié: les graffiti, Revue archéologique de l’Oise n°23, 1981, pp.9-28 (Lire sur Persée [38] [ [39]]
  13. Article de Jesús Manuel García, La Voz de Galicia, 05/05/2009 [28], Proponen catalogar los juegos de tablero medievales de Galicia [ [40]]
  14. HALL Mark, Des jeux gravés dans la pierre. Graffiti des cathédrales, monastères et églises paroissiales en Grande Bretagne (The Permanence of Stone), Revue Histoire et images médiévales, Thématique n°28 [41], Fév-avril 2012, Fig.6, p. 33 [ [42]]
  15. Glossaire de la langue romane rédigé d’après les manuscrits de la Bibliothèque impériale, ROQUEFORT Jean-Baptiste-Bonaventure T.2, 1808, p. 649 [ [43]]
  16. Berinus, éd. R. Bossuat, Paris, 1931, I, p. 15 dans MEHL Jean-Michel, Les jeux de l’enfance au Moyen Age, dans FOSSIER Robert (Dir.), La petite enfance dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XVIe Journées internationales d’Histoire de l’abbaye de Flaran, Presses Universitaires du Mirail, 1997, p52 [ [44]]
  17. A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, 1992, éd Robert, t. II, p.1191 cité par GUIGON Philippe, La marelle de Locronan, Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXXI, 1994, p. 14 [ [45]]
[46] [47]