La Maison de la Chance ou Glückshaus

(Glückhaus ou Glückshaus.)


Cette page s’appuie essentiellement sur les travaux de Georg Himmelheber (1972 et 1975), Thierry Depaulis (1987) et Jonas Richter (2016).


Connue aussi sous les noms de Jeu du Sept (en Allemagne1 ), le 7 fou2 ou 7 dans le sac3 en Belgique, Merry Seven (en Angleterre).

 

Maison de la chance reconstituée par Aisling-1198, d’après le jeu de 1583 conservé au Musée de Munich.


Nombre de joueurs : 2 à 4


Matériel :

–         un plateau ;

–         15 mises par joueur, dans des bols ;

–         2 dés.


But du jeu :

Etre le dernier à avoir encore des mises en main.


Règles :

Au départ, le plateau est vide.


Chaque joueur à son tour jette les dés et pose une mise sur la case correspondante.


Il doit toujours poser une mise, sauf sur les scores suivants :

–         4 : il n’y a pas de case 4, il économise ainsi une mise ;

–         2 : il ramasse tout ce qui est sur le plateau sauf la case 7 qui représente les cadeaux des mariés.

–         12 : il ramasse tout, y compris les cadeaux des mariés.

 

Lorsqu’un joueur n’a plus de mise, il peut encore jouer une fois : s’il fait un des trois scores spéciaux ci-dessus, le jeu continue, sinon, il a définitivement perdu.


 

Traces archéologiques :

– 1583, Musée National Bavarois de Munich, N° inv.: BNM I 14.105, jeu en hêtre peint à la tempera,4 ; Un autre jeu se trouve au verso et représente une roulette à cartes, ou jeu de cartes ouvert (Face B)5. La face A, ci-dessous, présentée comme un jeu de dé du type « Maison de la chance » par Himmelheber en 1975 dans « Games of the world » avec une case 4 manquante, il pourrait très bien, par analogie au plateau suivant (N° inv.:BNM I 14.104) être un jeu du type poch, avec certaines cartes à jouer qui ramassent les scores (Richter 2016).

Glückshausspiel BNM.jpg
Glückshausspiel BNM“, N° inv.:I 14.105, face A – Source : Wikimedia Commons.

–  Musée National Bavarois de roulette à cartes, N° inv.:BNM I 14.104 avec une roulette à aiguille (face B, ci-dessous) derrière un plateau qui a la structure d’une maison de la chance (face A, voir Himmelheber 1972:131) mais avec des cartes sur les cases, probablement davantage un jeu de poch.

762px-Zeigerroulette_BNM_I_14_104Face B, Source : Wikimedia Commons

–  Musée National Bavarois de Munich, N° inv. R 94, acquis avant 1883. (G. Himmelheber: Gesellschaftsspiele, 1972, p. 146, cat. nr. 351)en épicéa, 44 x 43 x 4cm, peint à la tempera, qui suit des modèles du XVIe siècle mais pourrait être plus récent selon G. Himmelheber.

Ce plateau est recto-verso. Il comporte des deux côtés 11 champs avec des constellations différentes entre 2 et 12. Le côté A possède un score 7 dans le gros cercle central, ce qui fait écrire à Himmelheber qu’il s’agit d’un jeu du „Die lustige Sieben“ (« The Merry Seven » ou Jeu du Sept). Le côté B est ci-dessous6.

pic213703  Source : Blog des International Routiers ;

– vers 1600, Musée National Bavarois de Munich, plateau gravé sur extérieur d’un trictrac d’Augsbourg,7


Traces littéraires :

  • /

Attesté par le collectif de « Games of the world » de 1975 dont faisait partie Georg Himmelheber comme joué dans toute l’Europe au Moyen Age, et plus particulièrement en Suisse et en Autriche. Thierry Depaulis mentionne dans son article sur les jeux de hasard sur papier au sujet des loteries avec dés : « Leur origine est difficile à cerner. Il est vraisemblable qu’elles ont jailli spontanément dans les différents pays européens au cours du Moyen Age ».


Un jeu du sept allemand du XVIIe siècle est reproduit dans le Dictionnaire des jeux de Jean-Marie LHOTE p 606.

Ce jeu de paris sur tableau ressemble par son mécanisme, la place centrale du 7 et le ramassage de tout par le 12, au jeu du Juif (France et Allemagne, XVIIIe et XIXe  siècle). Des jeux de la même famille comporte un autre motif que le juif sur la case négative du 7 :  un arlequin en Hollande (XIXe-XXe s), une yole en Italie (XVIIIe s) 8.

La règle présentée ici est celle mentionnée par le collectif de « Games of the world » de 1975 dont faisait partie Georg Himmelheber. D’autres existent dans lesquelles le 7 contraint toujours à laisser une mise (de un ou de sept); les mises des autres case sont gagnées à la sortie du score correspondant mais dues si la case était vide.Dans la règle de l’Arlequin publiée vers 1900, nous sommes encore très proche de cette règle. Ce n’est plus le 12 qui ramasse tout, mais le dernier joueur en jeu. Il y est bien intégré le cas d’un joueur sans mise qui « quand il en est dénué. Il peut jeter encore une fois librement afin de tâcher d’obtenir encore quelque chose, et si cela ne lui réussit pas, il perd et se trouve ainsi hors du jeu. »9

En 2016, les recherches de Jonas Richter nous ont permis de remonter à davantage de sources du Musée National Bavarois. Nous partageons son analyse sur les similitudes entre les deux plateaux (I 14.104 et I 14.105) qui en font probablement des jeux de poch. Notre jeu illustré ci-dessus serait donc à revoir car nous avions utilisé la structure du I 14.104 avec les scores du R.94 qui lui resterait bien un jeu de dés. Nous avions suivi la proposition de G. Himmelheber jusqu’au bout en faisant apparaître les scores de sa règle là où, effectivement, il n’y avait que des lettres.

Une fois de plus, l’avancée des recherches nous amène à questionner certains de nos plateaux reconstitués pour être cohérent dans notre médiation avec le public.

 



Bibliographie :

  •  Collectif, A vous de jouer ! Ed Philippe Auzou/Comité suisse Unicef (Games of the world) 1975/1993; pp 137, 140-141
  • DEPAULIS Thierry, 1987, Jeux de hasard sur papier: les « Loteries » de salon, Le Vieux Papier n°303, Paris, 1987, pp183-195
  • DEPAULIS Thierry, 1987, Jeux de hasard sur papier : les « Loteries » de salon (suite) , Le Vieux Papier n°304, Paris, 1987, pp 225-233
  • ENDREI Walter, ZOLNAY Laszlo, 1986/1988, Fun and games in old Europe, Corvina,  pp. 37-42
  • GLONNEGER Erwin, 1963, Schöne alte Spiele, Ravensburger (boîte de jeu avec Maison de la chance)
  • HIMMELHEBER Georg, 1972, Spiele. Gesellschaftsspiele aus einem Jahrtausend. Catalogue des collections du Musée National Bavarois, München: Dt. Kunstverlag 1972, pp. 145-148. (Merci à Jonas Richter pour cette référence).
  • HOLLÄNDER Barbara, 1999, Das Spiel mit dem Würfel. In: 5000 Jahre Würfelspiel. Katalog zur Ausstellung im Schloß Kleßheim vom 31.8. bis zum 31.10. 1999 (Merci à Jonas Richter pour cette référence).
  • LHOTE Jean-Marie, 1994, Histoire des jeux de société et Dictionnaire des jeux, Flammarion, 1994, p 262,491 (Glückshaus), 513 (Juif, Jeu du juif), 606-7 (Sept)
  • RICHTER Jonas, 2017, Glückshaus & The Game of Seven, Board Game Studies Colloquium XX,
    Copenhagen. (Voir sur Academia)
  • RICHTER Jonas, 2016, Dice Games of the Glückshaush/Pinke type, à paraitre

Fiche réalisée par l’association  Aisling-1198 ;

contact : aisling – neuf.fr

(remplacer le – par @)





Notes :

  1. Der Siebener, XVIIIe siècle, DEPAULIS Thierry, Jeux de hasard sur papier: les « Loteries » de salon, Le Vieux Papier n°303, Paris, 1987, p 187 []
  2. Zot Zeven, DEPAULIS Thierry, Jeux de hasard sur papier: les « Loteries » de salon, op. cit., p 187 []
  3. Zeven in de Zak, DEPAULIS Thierry, Jeux de hasard sur papier: les « Loteries » de salon, op. cit., p 187 []
  4. photo pleine page dans Collectif, A vous de jouer ! Ed Philippe Auzou/Comité suisse Unicef (Games of the world) 1975/1993; p 140 []
  5. photo p. 41 dans ENDREI Walter, ZOLNAY Laszlo, Fun and games in old Europe, Corvina, 1986/1988, HIMMELHEBER 1972: Kat.-Nr. 352, pour la description des deux faces, RICHTER Jonas, 2016, Dice Games of the Glückshaush/Pinke type, à paraitre []
  6. photo dans A vous de jouer ! op. cit. p. 137 []
  7. photo p 184 de DEPAULIS Thierry, Jeux de hasard sur papier: les « Loteries » de salon, Le Vieux Papier n°303, Paris, 1987; et dans Himmelheber 1972: cat. n°49 []
  8. LHOTE Jean-Marie, Histoire des jeux de société et Dictionnaire des jeux, Flammarion, 1994, p 513 et DEPAULIS Thierry, Jeux de hasard sur papier: les « Loteries » de salon, op. cit., pp183-195 []
  9. Extrait de la règle bilingue du Nouveau jeu de l’arlequin, bois colorié au pochoir, imagerie de Turnhout, vers 1900, reproduit dans DEPAULIS Thierry, Jeux de hasard sur papier: les « Loteries » de salon, op. cit., p 187 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam

visiteurs en ligne : 1 / visiteurs uniques au total : 64474 / visiteurs uniques de la page : 1321
Compteur mis en place nov. 2015.