Histoire du drapeau normand




Last updated: mardi 22 décembre 2015


Cette histoire nous emmène au-delà du XIIe siècle. Mais son personnage principal, notre léopard Plantagenêt lui date bien de 1195. Les trois léopards sont institués par le roi Richard Coeur de Lion au retour de la 3ème Croisade, et ce dernier arborait auparavant deux lions affrontés, tout comme son père et son grand père portaient aussi des lions1.



Les motifs sur les boucliers de la Tapisserie de Bayeux ne sont ni des lions, ni des blasons (ni des léopards). Guillaume le Conquérant n’a jamais eu de bannière aux deux léopards à laquelle il aurait pu ajouter un troisième léopard après la Conquête. A l’heure actuelle, 50 ans séparent Hastings des premiers sceaux armoriés. Cette légende s’appuie sur les restes contemporains d’héraldique des régions : 1 léopard pour la Guyenne, 2 pour la Normandie et 3 pour l’Angleterre qui laissent apparaître une arithmétique des léopards… Cela aurait pu, mais a priori, cela ne s’est pas passé comme ça.



Les 3 léopards sont apparus d’un bloc en 1195 pour la famille Plantagenêt et le passage aux deux léopards pour la Normandie se serait fait par brisure, par le Duc de Bedford, régent d’Henri VI sur le sceau de l’Échiquier de Normandie (1426), sceau du Conseil Royal Anglais de Rouen (1432/42) et le sceau de la toute neuve Université de Caen (1432). Le blason aux deux léopards de l’Université est repris en 1465 par Charles de France, frère de Louis XI, pour lui faire affront, au détriment d’un blason basé sur les armes de la famille royale de France. C’est en quelque sorte le dernier duc de Normandie2 qui aura utilisé ce blason, car en 1469, Louis XI le contraint a quitté la Normandie pour la Guyenne et Charles fait briser l’anneau ducal en séance de l’Échiquier.



Mais dans ce cas, qui portait les armes de Normandie décrites dans les armoriaux de Navarre et de Sicile ?

L’armorial de Navarre est « attribué généralement à Martin Carbonnel, roi des hérauts de Charles le Mauvais »3. Il a été compilé entre 1368 et 13754.


Qui portait les deux léopards pour représenter la Normandie entre 1368 et 1432 ?


N’hésitez-pas à nous transmettre tout élément utile.


 

 

1154 -1189

Henri II  comte d’Anjou, duc de Normandie, duc d’Aquitaine et roi d’Angleterre : pas de traces sigillaires armoriées mais on peut supposer un écu orné de deux lions passants5



1189-1194

Richard nouveau roi d’Angleterre scelle avec deux lions affrontés



1195-1199

Richard scelle à son retour de captivité avec trois léopards6
1199-1216
Jean dit « Sans Terre » devenu roi d’Angleterre, reprend le sceau de son frère et scelle donc avec trois léopards. Son premier sceau offrait deux  lions passants.
Dès lors, les rois d’Angleterre, à commencer par Henri III, fils de Jean, comte de Mortain et seigneur d’Irlande, porteront dans leurs armes les trois léopards d’or sur fond de gueules.
1204

Après la prise de château Gaillard, le duché de Normandie est rattaché à la couronne de France par confiscation par Philippe Auguste. Seules les îles anglo-normandes sont exemptes de ce rattachement. Elles sont encore aujourd’hui rattachées à la couronne d’Angleterre en qualité de territoire du duché de Normandie.
1279
Edouard Ier d’Angleterre accorde au baillage des îles anglo-normandes un sceau avec les trois léopards, on peut encore aujourd’hui voir les « treis cats » sur le drapeau de Jersey.
/ 1304
Un siècle après l’annexion du duché de Normandie, les territoires annexés furent donnés en apanage aux princes royaux de France, ainsi que certaines villes comme Evreux ou Mortain… La Normandie resta sans duc pendant plus d’un siècle, elle fut placée directement sous la tutelle du Roi de France. Ce fut un territoire si chèrement acquis, quoique mal défendu par Jean Sans Terre, roi d’Angleterre après 1199, que le Roi de France préféra en garder la tutelle le temps de pacifier la région.

Auteur: Syryatsu, sous licence Creative Commons Paternité

1333
Le titre de Duc de Normandie fut rétabli par le roi de France, Philippe VI de Valois, en faveur de son fils Jean II le bon qui porta les armoiries suivantes : « d’azur semé de fleur de lys d’or à la bordure de gueules, qui deviendra roi de France en 1350.

Auteur: Odejea, sous licence Creative Commons Paternité

 

1335
Charles V, duc de Normandie, fils de Jean le Bon, porte un écartelé de France et de Dauphiné.

Auteur: Flappiefh, sous Licence Creative Commons Paternité

1350
Charles V, fils de Jean II le Bon, deviendra duc de Normandie au moment où son père deviendra roi de France en 1350. Charles V portera un « écartelé aux 1,4 d’azur semé de fleur de lys d’or et à la bordure de gueules et aux 2,3 d’or au dauphin d’azur »

Auteur:Yorick, sous licence Creative Commons Paternité

1364
Lorsque Charles V deviendra roi de France, personne ne reprendra le titre de Duc de Normandie et le grand Échiquier de Normandie se contentera des armes de France.
 2 lieparts 1368-1375

Martin Carbonnel, roi des hérauts de Charles le Mauvais a compilé l’armorial de Navarre dans lequel se trouve le blasonnement des ducs de normandie : « Le duc de Normendie, « de gueulles à deux liepards d’or » »

1417-1450
Une partie de la Normandie est sous occupation anglaise et se rallie à l’écartelé d’Henri V puis d’Henri VI sous régence de Jean de Bedford. Le traité de Troyes, en 1420, reconnaît Henri V comme légitime héritier de Charles VI et lui donne la Normandie en avance d’hoirie.
1425

Jean Le Fèvre de St Rémy, héraut charolais et maréchal d’armes de Philippe de Bourgogne a compilé l’armorial Charolais

« 1. Les anchiennes armes des ducs de Normendie ou de Neustrie avant qu’il fut Normand en Franche, d’argent à trois têtes de sanglier de sable;
2. Le duc de Normendie, roi d’Angleterre et duc de Guiene, de gueules à trois léopards d’or ;
3. Le duc de Normendie, de gueules à trois lupars d’or (dessinés de gueules à deux léopards d’or) ;4. Le duc de la maison de Franche, comme le duc de Valois, d’azur semé de fleurs de lis d’or à la bordure de gueules. »
1426

Le sceau de l’Echiquier de Normandie, placé sous l’autorité d’Henri VI porte deux léopards surmontés d’une fleurs de lis combinant la double titulature de roi d’Angleterre et roi de France. Pendant ce temps, l’Echiquier de Normandie modifie ses armes. Le nouvel emblème est une sorte de synthèse qui comprend deux léopards surmontés d’une fleur de lis.7

Comme l’écrit l’abbé Marcel LELEGARD, particulièrement averti de cette question héraldique:  » L’on s’est contenté d’enlever l’un des léopards pour le remplacer par un autre meuble »: une fleur de lis. Par là même, l’on voulait manifester l’individualité de la Normandie, mais intégrée dans le royaume de France uni à celui d’Angleterre en la personne d’un même souverain .»

 545px-Blason_duche_fr_Normandie avant 1437

Jean Courtois, héraut d’armes de Pierre de Luxembourg, puis héraut de Jérusalem lorsqu’il servait le roi Louis d’Anjou, et enfin, héraut de Sicile au service d’Alphonse V, roi d’Aragon et de Sicile ; a blasonné comme suit, dans l’armorial de Sicile, les armes de Normandye :
« 1. Les armes du duc de Normandie, le duc de Normandie crie son nom, « de gueulle (à deux) léopards d’or armés et lampassés d’azur »;
2. Les antiennes armes de Normandye, « d’argent à trois hures de sanglier de sable. » »
Au milieu du XVème siècle(14328, 14429)

le Conseil royal du roi d’Angleterre à Rouen utilise un sceau avec les deux léopards sur un semis de fleurs de lys. On ne sait si le champ était alors de gueules ou d’azur.10

janvier 1432

charte de fondation de l’Université de Caen par le Duc de Bedford, régent de Henri VI. Ce projet de fondation remonte  au-moins à 142411

Après la fin de la guerre de Cent Ans et la réintégration de la Normandie dans le royaume de France

le sceau de l’Echiquier voit disparaître les léopards pour ne plus conserver que les fleurs de lis, consacrant ainsi l’annexion.

Auteur: Jimmy44, sous licence Creative Commons Paternité

Septembre 1465-1469
Louis XI, roi de France, contraint et forcé, nomme son frère Charles, Duc de Berry en 1461, Duc de Normandie en 1465 puis Duc de Guyenne en 1469. En tant que Duc de Normandie, il portera les armes suivantes : « écartelé aux 1,4  de France à la bordure engrêlée de gueules et aux 2,3 de gueules au 2 léopards d’or ».

Il se distingue ainsi des rois d’Angleterre portant un « écartelé aux 1,4 aux armes de France et aux 2,3 de gueules à trois léopards d’or »
1466-1476
Clément Prinsault a compilé dans son «Recueil des blasons d’armes de toute la noblesse et de la chrétienté rangés selon leur ordre, titres et ancienneté en chaque Royaume, Pays et République… » les armes des ducs de Normandie :D’une part les armes légendaires de la Neustrie : « d’argent à trois testes de sanglier de sable » ;
d’autre part, les armes contemporaines du duché de Normandie : « de gueulles à deux léopards d’or armez d’azur et vindrent de champaigne ».
enfin  » de France (trois fleurs de lis) à la bordure de gueules et furent les armes de la comté de Valois »
1469

l’anneau ducale est définitivement brisé.

Les brisures d’abord personnelles deviennent très vite représentatives d’une fonction ou d’un même apanage.Ainsi, le duc de Normandie possède un écu aux armes de France pour montrer la noblesse de son ascendant et de gueules à deux léopards d’or pour le duché de Normandie en lui-même.
1581

« de gueules, à deux leopards d’or, mis l’un sur l’autre »12

Auteur :Andesersej, sous licence Creative Commons Paternité

1937
Le drapeau pour la Normandie a été proposé par Jean Adigard des Gautries afin de réunir les défenseurs des deux et trois léopards et offrir un symbole de réunification entre hauts et bas Normands.
Le drapeau reprend la croix de saint Olaf d’or emblème des pays nordiques, sur un champ de gueules. Ces armoiries reprennent le couple gueules et or des anciennes armoiries Plantagenêt.

 

 




Blanche et Artaud

Last updated: mardi 22 décembre 2015





Contact : aisling – neuf.fr

(remplacer le – par @)




Notes:

  1. C’est le plus probable pour Henri II, voir la page qui lui est consacrée []
  2. si on ne compte pas Louis XVII duc titulaire de 1785 à 1789, après trois siècles sans duc []
  3. POPOFF Michel, Marches d’armes, Tome II, Normandie, Edition Le léopard d’or, 1985, p 103 []
  4. POPOFF Michel, Marches d’armes, Tome II, Normandie, Op. cit., p 103 []
  5. voir la page qui lui est consacrée []
  6. Première utilisation du sceau en 1198. []
  7. Collectif, Visages de la Normandie, Ed Horizons de France, 1941, photo p 69 []
  8. Abbé Lelégard []
  9. Collectif, Visages de la Normandie, Ed Horizons de France, 1941, photo p 69 []
  10. Collectif, Visages de la Normandie, Ed Horizons de France, 1941, photo p 69 []
  11. lettres de réponses du Pape aux demandes du roi d’Angleterre sur ce sujet, voir le commentaire de Noël Valois dans Valois Noël. La Fondation de l’université de Caen et son organisation au XVe siècle, par le comte Amédée de Bourmont. In:
    Bibliothèque de l’école des chartes. 1885, tome 46. pp. 546-548. et ROY Lise, La fondation de l’université de Caen dans La Normandie dans la guerre de Cent Ans, catalogue d’exposition, Musée de Normandie/Skira, 1999, p 101 []
  12. de BARA Hierosme, Le blason des armoiries, 1581, réimpression de 1975 par les compagnons de Jean de Bonnot []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam

visiteurs en ligne : 3 / visiteurs uniques au total : 69918 / visiteurs uniques de la page : 6561
Compteur mis en place nov. 2015.